« La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants. » (Carl E. Sagan)

Les archives

Des clés et des repères

Crise écologique : pourquoi critiquer la technique aujourd’hui ?

* * *

S

ciences Critiques et l’association Technologos ont le grand plaisir de vous inviter à leurs Rencontres technocritiques, organisées le vendredi 23 et le samedi 24 septembre prochains, à Sceaux (Hauts-de-Seine). Nous vous y attendons nombreuses et nombreux !

Intitulées « Crise écologique : pourquoi critiquer la technique aujourd’hui ? », ces rencontres ont pour objectif, dans le contexte actuel de fuite en avant technoscientifique, sur fond de crises environnementale, sociale et (géo)politique, de penser la dynamique mortifère du solutionnisme technologique contemporain et armer intellectuellement la critique.

> Programme et horaires des « Rencontres technocritiques » :

Accueil : 9h

La dimension technique de la crise écologique : vendredi 23 septembre / 9h30 – 12h30
– Biotechnologies et artificialisation de la nature, par Hélène Tordjman
– Numérique et extractivisme, par Célia Izoard
– L’illusion d’une transition technologique, par Alain Gras
Interventions suivies d’un débat avec la salle (1h)

Critique de la « Mégamachine » : vendredi 23 septembre / 14h15 – 18h
– La « Mégamachine », par Fabian Scheidler
– La résilience : une technologie du consentement, par Thierry Ribault
– Jacques Ellul, par Jean-Luc Porquet
– La colonisation des imaginaires, par Serge Latouche
Interventions suivies d’un débat avec la salle (1h)

Perspectives et luttes : samedi 24 septembre / 9h – 12h30
– L’autonomie, réponse au contresens de la « technologie libératrice », par Aurélien Berlan
– Reprendre la terre, par Nicolas Delome de L’Atelier paysan
– Les luttes au niveau international, par Morgan Ody
Interventions suivies d’un débat avec la salle (1h)

> Lieu :
Faculté Jean Monnet
54 Boulevard Desgranges – 92331 SCEAUX Cedex
Salle Georges Vedel (Bâtiment G, 1er étage)
Accès : gare de Robinson (RER B)

Entrée libre et gratuite (dans la limite des places disponibles).

Pour tout renseignement complémentaire, consultez le site de Technologos et/ou contactez la rédaction de Sciences Critiques : redaction@sciences-critiques.fr.

 

Le ministère de l’e-Education nationale

Le ministère de l’e-Education nationale

Fervent promoteur des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, Jean-Michel Blanquer, qui a réussi l’exploit de demeurer ministre de l’Education nationale durant tout le premier quinquennat d’Emmanuel Macron, a contribué à la prise de pouvoir rampante des géants du numérique et d’Internet – au premier rang desquels les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) – et des industriels de la tech sur la politique éducative nationale. Cette technologisation de l’éducation cible en premier lieu le travail quotidien des personnels, enseignants et administratifs, mais aussi désormais les cerveaux des élèves, nouveaux « cobayes » de la neuropédagogie.

continuer la lecture →

«Seule la non-puissance peut sauver le monde»

«Seule la non-puissance peut sauver le monde»

« Ce n’est ni la politique, ni l’économie, ni la finance, ni l’idéologie, ni les valeurs éthiques qui constituent le facteur déterminant des modes de vie au cours du XXème siècle, mais bien le phénomène technicien ». Un nouveau livre, signé Frédéric Rognon, professeur de philosophie des religions à la faculté de Théologie protestante de Strasbourg, présente et confronte les pensées foisonnantes de Jacques Ellul et Bernard Charbonneau, pour que, « au bord du gouffre, face à l’abîme, un fil de lumière perce les ténèbres de l’avenir. » Eclairant.

continuer la lecture →

La guerre des mondes

La guerre des mondes

Depuis plusieurs décennies maintenant, au-delà des scrutins électoraux qui, le plus souvent, déçoivent les espoirs qu’y placent les citoyens en quête de transformations profondes et structurelles, des luttes politiques prennent corps et se déploient sur plusieurs terrains et plusieurs fronts, dépassant le traditionnel clivage gauche-droite. Aujourd’hui plus que jamais, dans un contexte d’accélération de l’effondrement du vivant, deux camps s’affrontent dans une lutte virulente : les partisans d’un monde vivant contre les artisans d’un monde-cyborg. Cette guerre des mondes s’annonce comme le combat politique du XXIème siècle.

continuer la lecture →

Vincent Ball : «Il est très dangereux de libéraliser la recherche»

Vincent Ball : «Il est très dangereux de libéraliser la recherche»

Docteur en physique-chimie, Vincent Ball est professeur en sciences des matériaux à l’Université de Strasbourg. C’est en scientifique critique qu’il observe depuis plusieurs années, de l’intérieur, les évolutions de la recherche et de l’enseignement supérieur, entre influences du technoscientisme et emprise du néolibéralisme. Face à la « startupisation » du monde académique et au malaise ressenti par un nombre toujours plus important d’enseignants-chercheurs, il ouvre des pistes de réflexion et de résistance. Trois questions à un scientifique inflexible.

continuer la lecture →

Anne Rasmussen : «Les crises sanitaires exacerbent les problèmes structurels des sociétés»

Anne Rasmussen : «Les crises sanitaires exacerbent les problèmes structurels des sociétés»

Directrice d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et professeure en histoire des sciences à l’Université de Strasbourg, Anne Rasmussen étudie l’histoire sociale et culturelle des pratiques savantes et des savoirs biomédicaux. Comment l’histoire, et plus particulièrement l’histoire de la santé et de la médecine, peuvent-elles éclairer la crise politico-sanitaire du Covid-19 ? Trois questions à cette historienne, pour qui « l’histoire offre un répertoire d’expériences qui aide à l’intelligibilité des situations contemporaines ».

continuer la lecture →

Roger Lenglet : «La recherche scientifique s’est laissée aliéner par l’argent»

Roger Lenglet : «La recherche scientifique s’est laissée aliéner par l’argent»

Spécialiste des nanotechnologies et, plus généralement, de l’influence des lobbies industriels sur la recherche scientifique et les politiques de santé publique, le philosophe et journaliste d’investigation Roger Lenglet incarne un autre journalisme scientifique. « La vulgarisation a une vocation critique bien plus fondamentale qu’on ne le croit vulgairement », écrit-il. C’est ce regard qu’il cultive, depuis une trentaine d’années maintenant, à travers de nombreux ouvrages, en particulier contre les dénis du monde de la recherche et de l’industrie. Trois questions à un journaliste scientifique engagé et sensible.

continuer la lecture →

Etienne Decroly : «Un moratoire sur les expériences de virologie dangereuses devrait être mis en place»

Etienne Decroly : «Un moratoire sur les expériences de virologie dangereuses devrait être mis en place»

Plus d’un an après le début de la pandémie mondiale de Covid-19, l’origine du Sars-Cov-2 n’a toujours pas été établie scientifiquement. Le nouveau coronavirus est-il d’origine animale ? A-t-il été produit en laboratoire ? Ou les deux ? Pour Etienne Decroly, virologue et directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), les chercheurs, comme la société civile, doivent s’emparer de la question des risques liés aux expériences sur les virus et, plus globalement, au développement des biotechnologies. Trois questions à un scientifique lanceur d’alerte.

continuer la lecture →

Marylène Patou-Mathis : «Les hommes préhistoriques étaient aussi des femmes»

Marylène Patou-Mathis : «Les hommes préhistoriques étaient aussi des femmes»

Marylène Patou-Mathis est préhistorienne et directrice de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). S’appuyant sur les dernières découvertes de sa discipline et l’analyse des idées reçues que véhicule, encore aujourd’hui, la littérature savante, la chercheuse pose les bases d’une autre histoire des femmes à travers le temps, plus proche de la réalité car débarrassée des préjugés sexistes. Trois questions à l’autrice de L’Homme préhistorique est aussi une femme. Une histoire de l’invisibilité des femmes (Editions Allary, 2020).

continuer la lecture →

Mais que font les universitaires ?

Mais que font les universitaires ?

« Mais que font les universitaires ? Dans un monde ravagé par la croissance industrielle sans limite, les thèses de la décroissance n’ont jusqu’à présent guère intéressé la plupart des chercheurs en « sciences sociales ». Comment l’expliquez-vous ? » Le journal La Décroissance a consacré les pages « Débat » de son numéro de novembre à la place dévolue aux thèses de la décroissance dans les milieux universitaires. Sciences Critiques était invité à faire part de ses réflexions.

continuer la lecture →