« La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants. » (Carl E. Sagan)

Sciences Critiques est partenaire du film «Sing me a song»
par Sciences Critiques

* * *

S

ciences Critiques est partenaire du nouveau film de Thomas Balmès, Sing me a song, qui sort en salles le mercredi 23 septembre prochain, et dont le sujet principal porte sur les dangers des écrans.

> Le synopsis du film :

Le jeune Peyangki vit et étudie dans un monastère traditionnel au Bhoutan. Au « pays du bonheur », l'arrivée récente d'Internet entraîne d'importants bouleversements. Les rituels quotidiens des moines entrent en concurrence frontale avec la nouvelle addiction aux smartphones. Peyangki se passionne pour les chansons d'amour et tombe amoureux sur WeChat d'une jeune chanteuse. Succombera-t-il à la romance et aux tentations de la ville ou restera-t-il au monastère ?

> La bande-annonce du film :

 

* * *

 

Patrick Chastenet : «Le progrès technique soulève plus de problèmes qu’il n’en résout»
par Sciences Critiques

Penseur iconoclaste du progrès technique et auteur d'une œuvre prolifique, Jacques Ellul (1912-1994) figure parmi les intellectuels incontournables pour comprendre la crise écologique contemporaine. A l'heure de la pandémie de Covid-19, ses analyses de notre « société technicienne », qui « sacralise » la technique tout en surexploitant les êtres humains et la nature, nous éclairent sur les périls qui menacent nos sociétés modernes. Trois questions à Patrick Chastenet, professeur de Science Politique à l'Université de Bordeaux, auteur du livre Introduction à Jacques Ellul (La Découverte, 2019).

Bruno Canard : «Demander un médicament dès le lendemain d’une épidémie n’a aucun sens»
par Sciences Critiques

Bruno Canard est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) à l'Université Aix-Marseille. Sa spécialité : les coronavirus. Alors que la course mondiale aux médicaments et aux vaccins contre le Covid-19 fait rage, il souhaite faire entendre la « colère légitime » des scientifiques de la recherche publique, dont le travail pour répondre à l'urgence sanitaire n'est pas, selon lui, suffisamment reconnu par les gouvernements. Trois questions à un chercheur engagé contre le désengagement des pouvoirs publics dans la recherche sur les virus émergents.

Peut-on breveter le soleil ?
par Eliane Mandine

Le Covid-19 a le mérite de nous obliger à reconsidérer les disparités d’accès aux médicaments en fonction des revenus des patients et de la partie du monde où ils se trouvent. Cette prise de conscience est à saisir pour repenser ce qui nous est commun : le droit universel aux soins de santé. Les biens et services de santé doivent être placés hors des lois du marché, hors des logiques capitalistes. Pour ce faire, doivent se mettre en place de nouveaux modèles de recherche et développement, de production et de distribution, sous le contrôle des travailleurs et de la société. C’est remettre la santé au cœur de nos politiques publiques.

Laurent Aillet : «Reconnaître la vérité, c’est s’obliger à changer»
par Sciences Critiques

La pandémie actuelle de Covid-19 illustre-t-elle l'effondrement de notre civilisation ? Alors qu'à l'urgence sanitaire succède désormais une profonde crise socio-économique mondiale, les gouvernements ont toutes les peines du monde à relever les défis posés par les nouveaux risques systémiques globaux. Seront-ils prêts à affronter les chocs suivants, et notamment ceux causés par les dérèglements climatiques ? Trois questions à Laurent Aillet, expert en risques, président de l'association Adrastia et co-directeur, avec le journaliste Laurent Testot, de l'ouvrage collectif Collapsus (Albin Michel, 2020).

Jacques Testart : «La gestion de l’urgence s’accorde mal avec la science»
par Sciences Critiques

Une opinion publique prise à témoin, des citoyens qui s'affrontent par études scientifiques interposées, des responsables politiques, sommés de prendre des décisions dans l'urgence, qui en appellent à l'avis des experts, etc. La controverse scientifique concernant la chloroquine et la polémique autour du professeur Didier Raoult se sont propagées comme une traînée de poudre dans l'espace public. Les citoyens s'intéresseraient-ils enfin, à la faveur de la crise sanitaire actuelle, à la recherche scientifique ? Et y aura-t-il un avant et un après-Covid-19 pour les chercheurs ? Trois questions à Jacques Testart, biologiste et « critique de science ».

Ce que nous vivons n’est pas une guerre
par Gwarr Greff

C'est la mondialisation qui fait de l'épidémie de Covid-19, originaire de Chine, une pandémie mondiale. Mais replaçons cette crise, cet effondrement sanitaire, dans le contexte de notre société, celui de l'Anthropocène. Car, au classement des menaces avérées pour le système-Terre, la première porte un nom : Homo Sapiens. Si l’homme persiste dans la mondialisation et dans l’asservissement de la nature, il n’est pas impossible que, d’une façon ou d’une autre, celle-ci contre-attaque.

Méga corona machino virus
par Philippe Godard

Ce que dévoile le Covid-19 ne se situe pas tant au niveau de la santé publique que de la politique. Cette crise est, sans aucun doute, au départ sanitaire, et elle est devenue, quelques semaines plus tard, une profonde crise du pouvoir. Via la crise actuelle, le pouvoir cherche, encore et toujours, à nous réduire à n'être que les simples rouages de la machinerie économico-financière. L'issue n'est pas difficile à deviner : oppression ou explosion. Ceux qui nous dirigent n'en savent pas plus que nous car la situation qu'ils ont créée est irrationnelle.

De la toute-puissance de la nature
par Simon Charbonneau

L’expansion mondiale du coronavirus devrait être l’occasion de mener une réflexion, d’abord personnelle ensuite collective, sur ce que l’on appelle la « mondialisation ». Avec la pandémie de Covid-19, apparue en Chine et se répandant maintenant implacablement à travers le monde, voilà que la Nature nous rappelle à nouveau à l'ordre. Il semble aujourd'hui que les fameuses « limites à la croissance », chères aux pionniers de la critique écologiste, soient en passe d'être franchies, avec toutes les conséquences que cela suppose... Désormais, nous pénétrons dans un nouvel âge de l'humanité. Un âge qui ne sera plus une partie de plaisir.

Intersectionnalité, la nouvelle phrénologie ?
par André Bellon

Il y a presque deux siècles, une « science » voyait le jour dans l'enthousiasme du milieu universitaire : la phrénologie. Depuis plus d'un siècle, cette « discipline » est qualifiée de « pseudoscience », c'est-à-dire qu'elle est présentée sous des apparences scientifiques, mais n'en a ni la démarche, ni la reconnaissance. Si cette pseudoscience fait maintenant sourire par son simplisme, ce n'est pas pour autant que la méthode qui la soutenait a disparue. On pourrait même dire que l'enthousiasme si répandu aujourd'hui dans l'université vis-à-vis de l'« intersectionnalité » n'en est que le nouvel avatar.

Top