« La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants. » (Carl E. Sagan)

Interdit d’enfants
par Agnès Noël / Sciences Critiques

La question semblait circonscrite à une idéologie eugéniste cantonnée au siècle dernier. Mais, crise financière et populisme obligent, des politiques et des associations continuent aujourd'hui à interdire à certaines personnes vulnérables d’avoir des enfants. Un « eugénisme social » toujours en vigueur aux États-Unis comme en Europe.

* * *

A

U DÉBUT du XXème siècle, on les appelait « les inaptes » ou « les inutiles ». Étaient ainsi désignées les personnes pauvres, vivant de l’aide sociale, les alcooliques, les handicapés, les « faibles d'esprit », etc.

Selon les théories eugénistes en vigueur à l’époque dans certains pays, ils ne devaient pas avoir d’enfants pour éviter de transmettre leurs « tares », et que la société ne se retrouve ainsi mise en demeure de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants à leur place.

 

> Des enfants au "workhouse" (littéralement, "maison de travail ", ou encore "hospice des pauvres") de Crumpsall, dans la banlieue de Manchester, en Angleterre, en 1897. / Crédit CC.

 

Cela paraît difficilement croyable aujourd’hui, presque ubuesque. Et pourtant, des femmes à qui on impose une contraception contre leur gré, des familles auxquelles on retire les enfants avant même leur naissance – car on les juge incapables de s’occuper d’eux –, ces situations surviennent toujours aujourd’hui chez nos voisins anglais et hollandais.

Le 15 novembre dernier, un documentaire diffusé sur France 5, intitulé « Les enfants volés d’Angleterre », a révélé le drame de milliers de mineurs retirés à leurs parents par les services sociaux pour risque potentiel de maltraitance.

Depuis 1989, le « Children Act », signé par Margaret Thatcher, autorise l’État à retirer leurs enfants aux parents présentant un risque potentiel de maltraitance. Ce, quelquefois avant même la naissance de l’enfant. Les personnes visées sont la plupart du temps des familles précaires aux revenus modestes ou des mères célibataires.

Une femme enceinte se retrouve ainsi dépossédée de son enfant à naitre au motif qu’elle a bu de l’alcool quelques années auparavant, lors du suicide de sa sœur. C’est suffisant pour la fragiliser définitivement aux yeux des services sociaux.

Ces enfants sont ensuite confiés à l’adoption à des familles souvent plus aisées, qui peuvent choisir les bambins via un « catalogue » sur Internet.

Derrière le Children Act, signé par Margaret Thatcher, en 1989, se lit l'hypothèse que confier des enfants précaires à une famille plus riche va résorber la pauvreté.

« Il y a un avant et un après Thatcher, analyse Pierre Chassagnieux, l’un des auteurs d'un reportage sur le sujet pour Télérama. Elle voulait façonner l'Angleterre à son image : quelqu'un de fort, qui a réussi tout seul. Un pays où les pauvres qui ne s'en sortent pas sont des traîne-savates, qui ne méritent pas qu'on les aide. »

Pour lui, derrière le Children Act, se lit l'hypothèse que confier des enfants précaires à une famille plus riche va résorber la pauvreté. « C'est une forme d'eugénisme social », reprend Stéphanie Thomas, l’autre co-auteur du reportage.

Le sujet est d’autant plus dramatique que depuis l’arrivée de Tony Blair au pouvoir, en 1997, les autorités locales ont des quotas d’adoption à respecter, faute de quoi leur budget de fonctionnement est diminué. Les autorités se retrouvent donc à devoir « trouver » des enfants à tous prix. Quitte à retirer leurs enfants à des parents n’ayant rien fait de répréhensible ou de condamnable.

Pire, l’adoption étant irrévocable en Angleterre, des pères et des mères, même innocentés, se voient privés de leurs enfants à jamais. Et le phénomène n’est que peu médiatisé car les journalistes qui s’intéressent à ces questions sont passibles de poursuites judiciaires...

 

« TROIS GÉNÉRATIONS D’IMBÉCILES,
C'EST ASSEZ ! »

 

De leur côté, les Hollandais n’y ont pas été de main morte non plus. En octobre dernier, à Rotterdam, une proposition de loi a été soumise au conseil municipal de la ville par Hugo de Jonge, l’échevin à l’éducation, la jeunesse et aux soins.

Il proposait d’imposer une contraception aux femmes considérées comme incapables d’avoir un enfant, à savoir les prostituées, les toxicomanes, les sans-domicile-fixe (SDF) et les personnes atteintes de troubles psychiatriques ou de déficience mentale.

Certains enfants ont le droit de ne pas naître.

Quatre cents femmes pourraient être concernées par cette campagne, qui serait a priori volontaire, mais qui pourrait être coercitive pour les réfractaires. Ces dernières seraient alors susceptibles de se voir imposer un stérilet ou un implant contraceptif contre leur gré.

La raison de cette proposition, déjà soumise en 2012 et rejetée à l’époque ? Eviter des cas de maltraitance ou de négligence parentale, pouvant parfois entrainer la mort de l’enfant.

Hugo de Jonge déclare ainsi : « Grandir sainement et en sécurité est un droit que les enfants doivent recevoir. Nous choisissons pour les enfants. Donc certains enfants ont le droit de ne pas naître. »

 

 

Une attitude qui étonne Alexis Deswaef, président de la Ligue belge des Droits de l'Homme, cité dans l’Express : « Pourquoi interdire préventivement à une personne d'avoir des enfants plutôt que d'apporter une aide adéquate quand l'enfant est là ? ».

En attendant la validation, ou non, de sa proposition, 160 femmes vulnérables sont déjà suivies dans le cadre d’un programme de prévention organisé par la municipalité. Elles sont incitées à utiliser un contraceptif de longue durée.

Il est préférable d’investir 300 dollars dans une stérilisation plutôt que des millions dans les soins nécessaires à un enfant handicapé.

Ce programme ne fait en cela que suivre l’exemple de la ville de Tilburg, qui a mis en place, depuis 2014, une campagne de contraception volontaire à destination des femmes les plus vulnérables.

Les projets de ce genre ne sont pas aussi isolés qu’on l’imagine. Ainsi, l’association Project Prevention, créée par l’américaine Barbara Harris, et implantée aux Etats-Unis depuis 1997, vise à stériliser les droguées et autres accros au crack. Elle propose 300 dollars (environ 300 euros) en échange de la ligature des trompes ou d’une contraception longue durée.

La fondatrice de l’association estime que ces femmes, qui « font mariner leurs enfants dans leurs drogues », perdent leur droit de faire des enfants. Elle n’hésite pas à affirmer qu’il est préférable d’investir 300 dollars dans une stérilisation plutôt que des millions dans les soins nécessaires à un enfant handicapé par l’addiction de ses parents. Plus de 4 000 femmes ont déjà accepté de se faire stériliser ou d’avoir une contraception.

 

L’EUGÉNISME, UNE LONGUE HISTOIRE

 

L’ingérence étatique dans la vie privée des familles, jusqu'à l'intimité de la procréation, a une longue histoire.

Il s'agit de l'un des outils de l’eugénisme, doctrine élaborée par l’anglais Francis Galton en 1883, visant à améliorer la société toute entière en promouvant la reproduction des classes supérieures et en empêchant, au contraire, ses éléments indésirables (pauvres, criminels, alcooliques, handicapés mentaux, etc.) de se reproduire.

Inaptes à perpétuer leur espèce.

En son nom, les Etats-Unis ont légitimé ainsi, durant de longues années, la stérilisation des inaptes via l’arrêt Buck v. Bell en 1927. Un arrêt qui a fait date. La Cour de Justice de l'état de Virginie autorisa la stérilisation, contre son gré, de Carrie Buck, diagnostiquée comme « faible d’esprit », et dont la mère, Emma, était considérée comme retardée mentale et prostituée. En réalité, Carrie Buck était d’intelligence « normale » mais avait été violée dans sa famille d'accueil, qui l’avait alors envoyé dans un asile au prétexte de son immoralité.

 

> Photo de Carrie Buck, avec sa mère, Emma, prise le 17 novembre 1924 à l'hospice d’État de Virginie, à la veille de l'ouverture de son procès contre John Bell, le directeur de l'établissement public. / Crédit CC.

 

Le tribunal déclara ainsi : « Il est meilleur pour tout le monde, si au lieu d’attendre d’exécuter une descendance dégénérée à cause d’un crime, ou de les laisser mourir de faim à cause de leur stupidité, la société peut prévenir ceux qui sont manifestement inaptes à perpétuer leur espèce. Le principe qui soutient la vaccination obligatoire est assez fort pour couvrir la section des trompes de Fallope»

Promouvoir la reproduction des classes supérieures et empêcher les indésirables de se reproduire.

Le tribunal ajouta : « Trois générations d’imbéciles, c’est assez ! » Par la suite, des milliers de personnes furent stérilisées contre leur gré aux Etats-Unis.

Plus récemment, jusque dans les années 1970, la Suède et la Suisse n’ont pas hésité à stériliser des personnes « inaptes à la reproduction » pour ne pas avoir à supporter le poids financier de la charge de leurs enfants.

En période de crise financière et de populisme, il n’est pas étonnant que ces tentations ressurgissent. Les vieux réflexes ont (décidément) la vie dure.

Agnès Noël, journaliste / Sciences Critiques.

 

* * *

 

Faites passer
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on RedditPin on PinterestEmail this to someone

Un commentaire

Laisser une réponse

Top