« La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants. » (Carl E. Sagan)

Rachida Lemmaghti : «L’université n’échappe pas aux violences sexistes et sexuelles»
par Sciences Critiques

Présentes dans tous les milieux socio-professionnels, les violences sexistes et sexuelles touchent également l'enseignement supérieur et la recherche, dans des proportions similaires à celles observées dans le reste de la société. Si une prise de conscience se fait progressivement jour au sein du monde universitaire, la prise en charge des victimes comme les sanctions disciplinaires envers les auteur-e-s restent encore insuffisantes. Trois questions à Rachida Lemmaghti, juriste et responsable du Pôle Égalité Femmes-Hommes à l'Université Paris 7-Denis Diderot.

* * *

Sciences Critiques – Quelle est l'ampleur des violences sexistes et sexuelles dans l'enseignement supérieur et la recherche ? Qui en sont généralement les auteur-e-s et les victimes ?

Rachida Lemmaghti − A l’heure actuelle, nous n’avons pas de diagnostic. Il n'existe pas d'étude nationale sur le harcèlement sexuel dans l'enseignement supérieur et la recherche (ESR), ce qui participe à invisibiliser le phénomène. Toutefois, nous savons que cela touche toutes les organisations − privées et publiques −, y compris les universités. Comme en témoigne l’actualité, les violences sexistes et sexuelles sont présentes dans tous les milieux sociaux et professionnels. Les chercheur-e-s spécialistes de ces questions ont conclu, depuis longtemps, au caractère systémique de ces violences, en démontrant, au passage, l’absence de lien entre ces dernières et la classe sociale, la culture et la formation académique. Les violences sexistes et sexuelles reposent sur des rapports de pouvoir inégaux de sexe, qui sont universels.

En Espagne, une enquête menée dans six universités, auprès de 1 083 étudiant-e-s, révèle que 65 % d'entre eux déclarent connaître une situation de violences sexistes et sexuelles.

Si nous n’avons pas de chiffre, nous pouvons cependant nous fier à quelques indicateurs français et étrangers. En France, une enquête du Défenseur des Droits, menée en 2014 1, montre que 20 % des femmes ont été victimes de harcèlement sexuel au travail. Cette enquête nous apprend également que ce sont les jeunes femmes, de 20 à 24 ans, une tranche d’âge bien représentée à l’université, qui déclarent le plus de harcèlement. Au Québec, une enquête, réalisée entre 2014 et 2016 dans six universités 2, révèle que 37 % des enqueté-e-s ont été victimes, au moins une fois, d’une situation de violence sexuelle sur leur campus. En Espagne, une autre enquête, menée de 2006 à 2008 dans six universités, auprès de 1 083 étudiant-e-s 3, indique que 13 % d'entre eux déclarent rencontrer une situation de violence quand la question leur est posée sans en proposer une définition. En revanche, dès lors qu'une liste de faits précis leur est soumis (agression physique, sexuelle, violence psychologique, etc.), la proportion des enquêté-e-s affirmant avoir vécu de telles situations monte à 65 %.

 

 

Les résultats de l’enquête nationale « ViRaGe » 4, menée, depuis 2015, par l’Institut National d’Études Démographiques (INED) auprès de la population française et des étudiant-e-s de quatre universités hexagonales − Universités de Strasbourg, de Bretagne-Occidentale, de Paris 1-Panthéon Sorbonne et de Paris 7-Denis Diderot − nous permettront, enfin, d’avoir un premier diagnostic sur les violences auxquelles sont exposés les étudiant-e-s sur les campus comme dans leur sphère personnelle. Les premiers résultats seront communiqués le 4 décembre prochain, lors du colloque « Violences sexistes et sexuelles dans l’ESR : de la prise de conscience à la prise en charge » 5, organisé par l’Association Nationale des Études Féministes (ANEF), la Conférence Permanente des Chargé-e-s de mission Égalité-Diversité dans l’ESR (CPED), l'association « Femmes et mathématiques », l'Université Paris 7-Denis Diderot et le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Les victimes sont, en grande majorité, des femmes et les harceleurs des hommes, car ces violences reposent sur des rapports inégaux de sexe.

Il n’y a pas de profil-type du harceleur et de la victime. Les victimes sont, en grande majorité, des femmes et les harceleurs des hommes, car ces violences reposent sur des rapports inégaux de sexe. Le harcèlement sexuel peut être aussi bien vertical qu’horizontal. Il touche à la fois les étudiantes, les enseignantes-chercheuses et les personnels administratifs et techniques. Au sein des universités, certaines situations peuvent augmenter le risque. D'abord, les étudiantes étrangères peuvent être plus touchées. Elles peuvent être vulnérables en raison de leur potentiel isolement et d'une situation de dépendance économique et administrative forte. Ensuite, les spécificités de la vie étudiante − comme la cohabitation en résidences étudiantes, les soirées ou les week-ends d’intégration et les traditions de « bizutage », malgré leur interdiction − sont également des facteurs de risque. Tout comme, enfin, la relation de dépendance de l’étudiant-e vis-à-vis des enseignants-chercheurs, notamment dans l’encadrement de thèse, de mémoire et de stage.

 

Comment les violences sexistes et sexuelles sont-elles dénoncées à l'université ? La prise en charge par les institutions universitaires et les pouvoirs publics est-elle suffisante ?

Ces violences sont dénoncées par les organisations féministes et les chercheur-e-s spécialistes du genre depuis plusieurs années, mais elles ont été et sont encore banalisées. Le monde universitaire n'échappe pas à ce phénomène. La mise en place de dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes par les établissements de l’ESR est relativement récente. A l'exception de l'Université de Lille-3, qui a créé une Cellule de Veille et d'Information sur le Harcèlement Sexuel, ces dispositifs ont vu le jour après l’adoption de la loi sur le harcèlement sexuel du 6 août 2012. Via notamment les circulaires du 25 novembre 2012 et du 25 novembre 2015, le ministère chargé de l'ESR encourage, ces dernières années, les établissements à mettre en place une politique de prévention et d'accompagnement et l'obligation d'engager des procédures disciplinaires. Si nous observons un début de prise de conscience dans les établissements, ces dispositifs demeurent encore peu nombreux − une vingtaine à l'heure actuelle.

 

 

En septembre dernier, avec des collègues de la CPED et du ministère, nous avons rencontré la ministre de l’Enseignement Supérieur québécoise, qui nous a présenté son projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles. Ce projet prévoit des obligations légales pour les universités et un budget de 24 millions de dollars. Un cadre plus contraignant pour les établissements français serait souhaitable mais avec un budget dédié, car une politique efficace a un coût.

Pour combattre les violences sexistes et sexuelles, il faut une politique en faveur de l'égalité des sexes digne de ce nom, c'est-à-dire avec des personnels dédiés à temps plein et un budget annuel.

Par exemple, à Paris 7-Denis Diderot, nous avons fait le choix de mettre en place un dispositif avec une double porte d’entrée : les victimes peuvent s’adresser à des professionnel-le-s internes à l’établissement ou à une structure extérieure − l’Institut en Santé Génésique − qui propose une prise en charge pluridisciplinaire gratuite, avec des médecins, des psychologues, des juristes, etc. A cela s’ajoute un volet « sensibilisation et formations ». Nous avons pu le faire à Paris 7-Denis Diderot parce que l'université est dotée d’un service dédié à l’égalité femmes-hommes depuis sept ans. Pour combattre les violences sexistes et sexuelles, il faut en effet une politique en faveur de l'égalité des sexes digne de ce nom, c'est-à-dire avec des personnels dédiés à temps plein et un budget annuel. Or, à l’heure actuelle, seuls le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et Paris 7-Denis Diderot ont un service dédié à l’égalité femmes-hommes.

 

Quelles sont les conséquences des violences sexistes et sexuelles dans le milieu de l'enseignement supérieur et de la recherche ? Et que dire, plus généralement, de l'égalité femmes-hommes ?

Les violences sexistes et sexuelles ont des conséquences parfois lourdes sur la santé physique et psychologique des victimes − fatigue chronique, trouble du sommeil, dépression sévère, tentatives de suicide −, sur leur vie privée et sociale − séparations, repli sur soi, isolement − et sur la réussite de leurs études et de leur future carrière professionnelle − échec aux examens, abandon de thèse, etc.

Les inégalités femmes-hommes dans l’ESR sont, comme pour les violences sexistes et sexuelles, identiques à celles que l’on retrouve dans les autres organisations. Le plafond de verre est, dans le monde académique, aussi incassable que dans tous les autres domaines. L’ESR n’est pas préservé des normes sociales et des stéréotypes de genre. Au niveau national, le pourcentage de femmes parmi les enseignant-e-s-chercheur-e-s est de 38 %. 6 Quand nous examinons ces chiffres au regard de la position hiérarchique des femmes, il en ressort qu’à la base de la pyramide − parmi les maîtres de conférences −, il y a 44 % de femmes, et qu’à son sommet − parmi les professeur-e-s −, les femmes ne sont plus que 25 %. Le plafond de verre est encore plus visible au sein des disciplines dans lesquelles les femmes sont aussi nombreuses que les hommes. Par exemple, les femmes représentent 51 % des enseignant-e-s-chercheur-e-s en pharmacie, et seulement 36 % des professeur-e-s.

En se privant des compétences des femmes, c’est à la recherche qu’on porte préjudice.

Statistiquement, les femmes accèdent moins aux carrières académiques. Et, quand elles y arrivent, elles rencontrent des entraves dans leur vie professionnelle. En somme, les violences sexistes et sexuelles sont à la fois la manifestation d’un rapport inégal des sexes et un facteur de discrimination. Ces violences portent bien sûr préjudice aux victimes et, en se privant des compétences des femmes, c’est à la recherche en général qu’on porte préjudice.

Propos recueillis par Anthony Laurent, rédacteur en chef / Sciences Critiques.

> Photo de Une « Journée internationale contre les violences faites aux femmes » : Brefoto / Licence CC.

 

* * *

 

Faites passer
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on RedditPin on PinterestEmail this to someone

Notes:

  1. − Défenseur des droits, Enquête sur le harcèlement sexuel au travail, 2014. /
  2. − Manon Bergeron et Simon Lapierre, Sexual Harassment and Gender-Based Violence in Canadian Universities, Actes de la 9ème Conférence Européenne de l’Égalité dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche, parution fin 2017. /
  3. − Rosa Valls Carol, Violencia de género en las Universidades Espanolas. Plan Nacional I+D+i (2004-2007), Instituto de la Mujer - Ministerio de Igualdad, 2005-2008. /
  4. − « ViRaGe » pour VIolences et RApport de GEnre : contextes et conséquences des violences subies par les femmes et par les hommes. /
  5. − Voir le site consacré au colloque « Violences sexistes et sexuelles dans l’ESR : de la prise de conscience à la prise en charge ». /
  6. − Voir le Bilan social du ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche 2015-2016, octobre 2017. /

Pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Top