« La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants. » (Carl E. Sagan)

Le gène de la violence : un instrument politique
par Léa Galanopoulo / Sciences Critiques

Naît-on violent ou le devient-on ? C’est toute la question soulevée par le « gène de la violence ». Son existence, largement contredite par la science, sert une idéologie sécuritaire, au mépris de l’analyse sociologique.

* * *

G

ENE de l’alcoolisme, du libéralisme, de l’endettement ou de l’infidélité… La génétique comportementale tente d’envelopper de plus en plus de domaines.

En suivant cette pente, elle pourrait bientôt faire correspondre chaque vice et chaque vertu à l’allèle correspondant. Et parmi les « gènes de » les plus célèbres : le gène de la violence, dont l’existence s’invite régulièrement au cœur du débat médiatique.

Si l’on en croit les résultats de ces études 1, certaines mutations seraient significativement plus présentes chez les délinquants ou les criminels, insinuant ainsi que certaines personnes seraient prédisposées à la violence.

À première vue, son existence peut paraître anecdotique au regard des réels progrès de la génétique. Pourtant, le « gène de la violence » soulève de nombreuses interrogations politiques et idéologiques.

l’utilisation de la science n’est pas nouvelle. Dès le XIXème siècle, on cherche à voir quelle sera l’incidence de la forme du crâne sur les comportements criminels.

« Les comportements violents ou criminels sont des phénomènes très complexes, infiniment sociaux, qui ne peuvent pas être causés seulement par la génétique » indique Thomas Heams, enseignant-chercheur en biologie moléculaire à AgroParisTech.

Et l’utilisation de la science pour élucider l’origine biologique des comportements violents n’est pas nouvelle. Dès le XIXème siècle, on cherche à voir quelle sera l’incidence de la forme du crâne ou encore de la distance entre le haut du front et la pointe du nez sur les comportements criminels.

« L’idée est alors de penser qu’on finira, un jour, par trouver dans notre corps, la source de cette violence » ajoute Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), qui précise que cette obsession est également « imprégnée par une morale religieuse, par l’idée que le mal est tapis en nous et qu’il nous faut le contrôler. »

watson-crick-dna-model

> Le généticien James Dewey Watson et le biologiste Francis Crick, prix Nobel de physiologie ou médecine en 1962 pour la découverte de la structure en double hélice de l'ADN. / Crédit DR.

Lorsque, il y a 60 ans, James Dewey Watson et Francis Crick, découvrent la structure de l’ADN, la génétique prend un nouveau tournant. Désormais, un gène est associé à une fonction. Et il en faut peu pour que l’on s’entête à chercher le gène de l’intelligence, du crime ou encore de l’homosexualité.

« Dans les années 1960, les généticiens avaient tendance à vouloir tout expliquer, même les comportements sociaux. Ils pensaient pouvoir connaître tous les "interrupteurs du vivant" » raconte Thomas Heams.

La génétique emprunte dans la foulée le vocabulaire de l’informatique, qui naît quelques années plus tôt. On parle alors naturellement de « codage » ou de « programme »… Comme si la complexité de l’être humain se résumait au fonctionnement binaire d’une machine.

 

« UNE QUESTION TRANCHÉE DEPUIS LONGTEMPS »

 

Depuis quelques années, « les mentalités évoluent dans les labos de génétique, où on insiste désormais pour dire qu’on ne peut pas tout expliquer d'un caractère par les gènes » explique Thomas Heams. Et, scientifiquement, la question du gène de la violence est tranchée depuis longtemps.

Comment expliquer alors qu’elle s’invite encore régulièrement dans la presse scientifique et « grand public » ? En réalité, l’hérédité de la violence légitime certaines idéologies.

L’évocation de l’augmentation perpétuelle de la violence est un instrument politique pour crier au désordre et mieux se poser en rempart.

« L’évocation de l’augmentation perpétuelle de la violence est un instrument politique pour crier au désordre et mieux se poser en rempart. C’est un argument conservateur classique » explique Laurent Mucchielli. Le sociologue ajoute que la notion même de violence pose problème : « la violence est une catégorie normative et non descriptive. On la définit totalement différemment selon le type de société, de normes… »

Comment parler alors d’un gène de la violence commun à l’ensemble du génome humain quand celle-ci prend d’abord une forme variable au regard de chacun ?

« Une contestation sociale, comme l’affaire des chemises déchirées à Air France, va être considérée par certains comme une violence injustifiée et insupportable, et par d’autres comme une défense légitime et un incident bénin » illustre le sociologue.

 

 

Incendie de voiture, braquage, agression… Ce que l’on considère généralement comme des comportements violents sont souvent les conséquences de facteurs sociaux, et non génétiques.

Rendre illégitime toute action sociale, culturelle ou éducative.

La précarisation et les inégalités croissantes, par exemple, favorisent les comportements violents qui ont pour but d’acquérir des biens, comme les vols.

Le chômage, le contexte familial ou une psychopathologie peuvent également favoriser la violence, mais celle-ci reste difficile à déterminer socialement. Car la violence touche toutes les classes sociales, en fonction du prisme avec laquelle nous la regardons.

 

DES CHERCHEURS INVITENT A LA VIGILANCE

 

En mettant en avant l’existence du gène de la violence, la politique s’évite justement d’analyser ces facteurs sociaux. « Car l’analyse rendrait caduque la politique sécuritaire » résume Laurent Mucchielli.

Le gène de la violence se présente ainsi comme un excellent outil pour rendre illégitime toute action sociale, culturelle ou éducative. « Si la violence est à 100 % déterminée par les gènes, à quoi bon agir sur l’environnement social ? On ne va pas sélectionner les humains à la naissance en fonction de leurs gènes » ironise Thomas Heams.

Il faut bloquer très vite les surinterprétations, c’est aussi notre rôle en tant que généticien.

Un tel détournement de la génétique peut paraître délirant, « mais l’histoire nous prouve que ça peut aller très vite » insiste le généticien. L’eugénisme en est la preuve. En 1907, par exemple, l’État d’Indiana, aux Etats-Unis, est le premier à pratiquer la stérilisation forcée des criminels. Et, jusqu'en 1976, certaines Suédoises alcooliques ou ayant purgé une peine de prison étaient encore stérilisées...

 

495px-sterilization_states

> Cette carte de 1921 montre les États américains ayant intégré officiellement la stérilisation contrainte dans leur législation. Des années 1900 aux années 1970, les Etats-Unis ont stérilisé 64 000 personnes (handicapés mentaux, sourds, aveugles, Amérindiens, etc.) contre leur gré. / Crédit DR.

 

Face à de telles dérives, de nombreux généticiens et chercheurs en sciences humaines et sociales invitent à la vigilance.

Où s’arrête le contrôle légitime et où commence la violence policière ?

« Il faut bloquer très vite les surinterprétations, c’est aussi notre rôle en tant que généticien. D’autant plus que le séquençage du génome ne coûte désormais plus que quelques milliers d’euros. Il pourrait être utilisé par des sociétés d’assurance, et aider ainsi une gestion libérale et déconcentrée du pouvoir » explique Thomas Heams.

Les comportements violents sont au cœur du débat public, « mais ce sont toujours les dominants qui en parlent » déplore, quant à lui, Laurent Mucchielli. « Et, parfois, c’est l’État qui est violent. Où s’arrête le contrôle légitime et où commence la violence policière ? »

Léa Galanopoulo, journaliste / Sciences Critiques.

 

* * *

 

Faites passer
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on RedditPin on PinterestEmail this to someone

Notes:

  1. − La dernière étude en date relayée dans la presse scientifique est « Genetic Background of Extreme Violent Behaviour », datant d'octobre 2014 et publiée dans Molecular Psychiatry. /

2 commentaires

  1. L’eugénisme, une simple « dérive », un « détournement » de la génétique ?

    C’est une idéologie scientifique (avec laboratoires de recherches, instituts spécialisées, revues avec refrees, etc.) qui a occupé la fin du XIXe siècle et tout le début du XXe siècle, dans toutes les nations européennes, avec les conséquences que l’on sait en Allemagne !!!

    Quant à ce Thomas Heams, « Il faut bloquer très vite les surinterprétations, c’est aussi notre rôle en tant que généticien », où a-t-il dénoncé les élucubrations sociobiologiques d’un Richard Dawkins, par exemple, qui considère les êtres humains comme des robots vecteurs de leurs gènes ?

    http://sniadecki.wordpress.com/2010/04/22/mondes-darwiniens-1/

    On croirait lire « la génétique pour les bisounous »!

Laisser une réponse

Top