« La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants. » (Carl E. Sagan)

Aux racines de la critique des sciences
par Renaud Debailly

Au-delà de l’idée que le développement scientifique et technique ne conduira pas nécessairement à une vie meilleure, la critique de la science est avant tout une pensée sur la science, c’est-à-dire une façon de concevoir la science et le rôle qu’elle joue au sein de nos sociétés, ou le rôle qu’on lui fait jouer.

* * *

RD

> Renaud Debailly, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne. / Crédit DR.

F

AIRE l’histoire de la critique des sciences est une entreprise délicate tant la critique peut se manifester sous des formes différentes.

Pour comprendre ce que le terme recouvre aujourd’hui et comment il a été forgé progressivement, il est néanmoins possible d’associer cette critique d’abord à un refus de considérer la science et la technique comme des activités supérieures à d’autres.

Contre la neutralité et l’objectivité qui permettent habituellement de les qualifier, la critique des sciences et des techniques propose de les concevoir sous l’angle du pouvoir : le pouvoir qui rejaillit sur ceux qui détiennent des connaissances scientifiques, et le pouvoir de légitimation pour ceux qui s’appuient sur ces connaissances.

Cette définition minimale de la critique des sciences permet ensuite d’entrevoir trois formes à travers lesquelles elle s’est manifestée.

Historiquement, la première forme de critique des sciences renvoie à des réactions face au scientisme et au positivisme.

Au-delà de l’idée que le développement scientifique et technique ne conduira pas nécessairement à une vie meilleure, la critique de la science est avant tout une pensée sur la science, c’est-à-dire une façon de concevoir la science et le rôle qu’elle joue au sein de nos sociétés, ou le rôle qu’on lui fait jouer.

critiquer les sciences, c'est d'abord refuser de considérer la science et la technique comme des activités supérieures à d’autres. c'est déconstruire une image idéalisée de la science.

Cette forme consiste donc à donner de la science, et dans une moindre mesure de la technique, une image plus fidèle de ce qu’elle est. Cette forme est donc liée aussi aux études sur les sciences (histoire, sociologie, philosophie) et aux cadres qu’elles fournissent pour déconstruire une image idéalisée de la science.

Les mobilisations des scientifiques − chercheurs, enseignants, techniciens − relèvent d’une forme distincte de critique des sciences.

Cette forme se distingue de la précédente en ce qu’elle repose essentiellement sur des dénonciations internes et des prises de position au sein de la sphère scientifique.

La mise en cause d’une représentation de la science comme une activité neutre et supérieure à d’autres est produite par l’écart entre cette représentation communément admise et la réalité dans le monde de la recherche.

Les moments de crise au sein de l’institution scientifique peuvent ainsi fournir un terreau favorable pour le développement d’une critique de la science.

La troisième et dernière forme à travers laquelle se manifeste la critique des sciences est l’engagement de scientifiques qui, individuellement, ont revendiqué le statut de « critique de sciences ». 1

Cette revendication est apparue dans les années 1980 en France, après les deux autres formes de critiques. Elle se distingue des deux formes de critique précédentes dans la mesure où le critique de sciences est une personne occupant une place intermédiaire entre le monde de la recherche scientifique et la sphère publique.

Hormis ce statut de critique, il existe également des projets consistant à « occuper » cette place intermédiaire. C’est le cas par exemple d’un certain type de vulgarisation scientifique.

Les moments de crise au sein de l’institution scientifique peuvent fournir un terreau favorable pour le développement d’une critique de la science.

Chaque forme que nous avons présentée est un idéal dont on retrouve des éléments tout au long du XXème siècle. Ces formes coexistent dans le temps.

Plutôt que de retracer l’histoire de chacune des formes de la critique de la science, dans le texte qui suit on s’attachera à trois moments cruciaux : le premier renvoie au renouvellement des analyses sur la science et la technique par le biais d’une analyse marxiste. Le second est lié aux mouvements de contestation des années 1970. Et le dernier moment est celui qui s’ouvre avec le début des années 1980 marqué notamment par la revendication du titre de « critique de sciences ».

 

HISTOIRE DES SCIENCES ET SOCIALISME :
L'APPLICATION DU MATÉRIALISME DIALECTIQUE

 

Le premier moment qui permet de comprendre ce que signifie aujourd’hui le terme de « critique des sciences » renvoie au début du XXème siècle, à travers les débats qui animent l’histoire des sciences et des techniques en Angleterre.

Au sein d’un groupe, le Visible College puis The Social Relations of Science, on trouve en effet la volonté de se détacher de la vision d’une science « pure », au profit d’une lecture du développement historique reposant sur le matérialisme dialectique.

Pour les membres de ce groupe influencé par des travaux d’historiens soviétiques, il s’agit ainsi d’envisager le développement scientifique et technique non plus comme une marche nécessaire vers un progrès, mais de rapporter ce développement à l’état de la structure sociale et économique.

La science est alors un outil dont la planification devrait faciliter l’avènement du socialisme.

La science est alors un outil dont la planification devrait faciliter l’avènement du socialisme.

Deux points apparaissent importants ici. Le premier est le fait que cette analyse qui se développe alors implique l’intervention de l’État dans la gestion de la recherche scientifique.

Le second, et le plus important, est le fait que la compréhension de la science et de la technique doit s’appuyer sur des éléments extérieurs à la science. Autrement dit, il est ici question de la manière dont elle est déterminée d’un point de vue social, économique et politique.

Le progrès scientifique n’est pas vu comme relevant du Progrès de la Raison.

Ce premier moment constitue un point de départ à partir duquel une critique marxiste de la science capitaliste se développe à la fin des années 1960 dans plusieurs pays.

 

LES MOUVEMENTS DE CRITIQUE DES SCIENCES :
LE RÔLE DES SCIENCES DANS LE CHANGEMENT SOCIAL

 

Alors que les mouvements étudiants se développent sur les campus à la fin des années 1960 et au début des années 1970, des mouvements de critique de sciences voient également le jour, rassemblant de jeunes chercheurs, enseignants, techniciens et secrétaires.

Si l’émergence de ces mouvements et les accents qu’ils ont pris dans plusieurs pays − Angleterre, France, Etats-Unis, Belgique, Allemagne, Italie − sont parfois différents, on trouve dans les collectifs qui se forment la volonté de rompre avec la conception selon laquelle il n’y aurait que de mauvaises applications de la science et de la technique.

En se distinguant ainsi des grands physiciens engagés après la Seconde Guerre mondiale qui maintenaient que la science est neutre, ces acteurs entendent dénoncer le rôle qu’elle joue dans le complexe « militaro-industriel ».

les mouvements de critique de sciences entendent Dénoncer le rôle que joue la science dans le complexe « militaro-industriel ».

Il n’est donc plus question pour les scientifiques d’alerter l’opinion ou les gouvernements sur les applications de leurs travaux − bombe atomique, agent orange, etc. −, mais de considérer que la recherche doit être autonome vis-à-vis du pouvoir politique et de l’industrie.

Cela signifie, par exemple, refuser les financements militaires, ou encore proposer d'orienter la recherche afin d'éviter la destruction de la nature.

Plusieurs évènements sont organisés par de petits groupes pour que les associations professionnelles ou de célèbres scientifiques prennent position contre la guerre au Vietnam.

En France, dans plusieurs revues militantes notamment − Impascience, Labo-Contestation, Survivre et Vivre 2, Le module enragé −, certains groupes dénoncent les hiérarchies dans les laboratoires, alors que d’autres commencent à développer une réflexion sur l’environnement.

Ce qui rassemble ces différentes parties des mouvements de critique des sciences, c’est le fait qu’elles sont articulées à la croyance d’un changement social général.

Il est bien question, dans les différentes critiques, de montrer que la science, au lieu de soutenir et de contribuer à perpétrer l’ordre existant, pourrait au contraire aider à faire émerger une nouvelle société.

Les inspirations théoriques de ces mouvements sont très diverses, allant d’Herbert Marcuse à Ivan Illich, en passant par Jacques Lacan.

Au lieu de soutenir et de contribuer à perpétrer l’ordre existant, la science pourrait au contraire aider à faire émerger une nouvelle société.

Le domaine des études sur les sciences ou certains champs, comme les études sur le genre, apparaissent alors, pour certains scientifiques engagés, comme un moyen de lier ces deux éléments (le militantisme et ses inspirations théoriques).

Un dernier point doit être pris en compte, qui relève encore une fois de l’histoire des sciences. La publication de La structure des révolutions scientifiques de Thomas Kuhn, à peu près au même moment que ces mouvements, constitue un tournant pour différentes disciplines, comme la sociologie des sciences et l’histoire des sciences.

Sans entrer dans le détail des appropriations de l’ouvrage de Kuhn, il va permettre de développer des études sur les sciences qui abordent directement la production des connaissances scientifiques en la rapportant à des déterminations sociales.

 

L'INSTITUTIONNALISATION DE LA CRITIQUE DE LA SCIENCE

 

En France, les mouvements de critique des sciences déclinent à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Les personnes engagées dans les différents collectifs ont abandonné progressivement l’idée d’un changement radical.

Si certains reprennent leurs activités scientifiques, d’autres repensent leur carrière à la lumière des critiques qui ont été formulées au cours des années 1970.

Outre les conversions de certains aux sciences humaines et sociales, d’autres vont contribuer à développer une vulgarisation scientifique ou à développer une certaine version de la culture scientifique comme Jean-Marc Lévy-Leblond 3 qui est alors le représentant le plus connu de ces mouvements.

Les années 1980 et la décennie suivante sont marquées par la montée, en France, d’associations qui vont proposer des contre-expertises et l’émergence de la figure de « lanceur d’alerte ».

Ces parcours sont aussi l’expression de l’évolution du contexte politique de l’époque.

L’arrivée de la Gauche au pouvoir en 1981 va de pair avec une réflexion sur la nécessité de développer la culture scientifique et technique à partir de laquelle des projets − comme ceux des Boutiques de Sciences −, portés par des personnes engagées précédemment dans les mouvements de critique, sont soutenus.

Au-delà des projets qui sont alors développés, les années 1980 et la décennie suivante sont marquées par la montée, en France, d’associations qui vont proposer des contre-expertises et l’émergence de la figure de « lanceur d’alerte ».

Cette période correspond à une institutionnalisation de la critique de la science dans la mesure où l’engagement individuel s’efface au profit de revendications particulières, comme le titre de « critique de sciences » par exemple, et dans la mesure aussi où la critique de la science désigne alors surtout une approche dans des domaines différentes − la vulgarisation, les études sur les sciences, la culture scientifique, etc.

 

sv2

 

Ce bref panorama de la critique des sciences montre qu’elle s’est développée à côté d’autres mouvements sociaux mais qu’elle s’en distingue par le fait qu’elle repose et véhicule une analyse des sciences et des rapports qu’elles entretiennent avec la société.

Le fait que la critique des sciences dépende du contexte dans lequel elle se développe rend difficile d’en donner une définition définitive.

Les dispositifs mis en place pour recueillir l’opinion de citoyens creusent le fossé entre critique des sciences et les autres formes de mobilisation.

Comparée aux trois périodes qui ont été distinguées, la critique des sciences se situe dans les collectifs qui émergent à la marge de mouvements portant des revendications matérialistes relevant de la politique scientifique.

Les critiques de la science actuellement se trouvent confrontées à l’institutionnalisation de la participation aux choix scientifiques et technologique.

Les dispositifs mis en place pour recueillir l’opinion de citoyens concernant des développements scientifiques ou technologiques − Organismes génétiquement modifiés (OGM) 4, changement climatique, nanotechnologies, etc. − canalisent en effet les formes de critiques et creusent d’une certaine façon le fossé entre critique des sciences et les autres formes de mobilisation.

Renaud Debailly

> Dessin à la Une : Une du n°11 de Survivre et Vivre (printemps 1972).

Pour en savoir plus...
Texte remanié de « Petit panorama de la critique des sciences des années 1970 », Céline Pessis, Survivre et Vivre. Critique de la science, naissance de l'écologie, Éditions L’Échappée, 2014, p. 343-360.

 

* * *

 

Faites passer
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on RedditPin on PinterestEmail this to someone

Notes:

  1. − Lire la tribune de Jacques Testart : « Pourquoi et comment être critique de sciences ». /
  2. − Lire Céline Pessis, Survivre et Vivre. Critique de la science, naissance de l'écologie, Éditions L’Échappée, février 2014. /
  3. − Lire le texte de Jean-Marc Lévy-Leblond : « Pour une critique de science ». /
  4. − Voir notre dossier : « Les OGM peuvent-ils nourrir le monde ? » /

Pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Top