« La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants. » (Carl E. Sagan)

Le transhumanisme, entre critiques et résistances

* * *

L

e vendredi 8 juin prochain, Sciences Critiques organise, à Paris, de 19h à 22h30, une soirée-débat sur le transhumanisme intitulée : « Le transhumanisme, entre critiques et résistances », en présence de Roland Gori (psychanalyste), Jean-Michel Besnier (philosophe), Philippe Borrel (réalisateur), Anne-Laure Boch (neurochirurgien), Cédric Sauviat (polytechnicien) et Sarah Dubernet (infirmière).

Nous vous y attendons nombreuses et nombreux !

* * *

Né de la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l'information et des sciences cognitives (NBIC), le projet transhumaniste, qui vise à « augmenter » l'être humain – voire à le remplacer par un post-humain –, se développe imperceptiblement et insidieusement au cœur des laboratoires et des start-ups des pays industrialisés, de la Silicon Valley (Etats-Unis) à la Chine, en passant par l'Europe.

Or, cette idéologie, cette « nouvelle religion » (Laurent Alexandre), qui tend à bouleverser le devenir de l'humanité, progresse sans qu'aucun débat démocratique et citoyen n'ait jamais eu lieu.

Face au déferlement incontrôlé du transhumanisme et aux enjeux (socio-politiques, économiques, technoscientifiques, anthropologiques, civilisationnels, etc.) qu'il soulève, l'élaboration collective et la diffusion de réflexions éthiques et d'une véritable pensée critique sont devenues aujourd'hui une nécessité − voire une urgence politique − pour initier et nourrir le débat démocratique et citoyen.

* * *

En France, alors que se tiennent, depuis janvier, les États généraux de la bioéthique, Emmanuel Macron a annoncé, le 29 mars dernier, un plan « inédit » de 1,5 milliard d'euros d'ici 2022 pour développer l'Intelligence Artificielle (IA) et faire ainsi du pays l'un des leaders mondiaux du secteur.

Ceux qui décideront de rester humains constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur.

Auteur d'un rapport sur l'IA pour le gouvernement, le mathématicien et député de l'Essonne Cédric Villani a affirmé : « Il faut tout d'abord une initiation aux bases et à l'esprit de l'algorithmique et de la robotique dès le plus jeune âge […]. Si on ne rassure pas la population, on ne pourra pas avancer. Cela passe par la mise en place de comités d'éthique, qui pourraient édicter des règles de bonne conduite, ou conseiller gouvernement et entreprises. »

Selon les prédictions du chercheur en cybernétique Kevin Warwick, « il y aura [à l'avenir] des gens implantés, hybridés, et ceux-ci domineront le monde. Les autres, qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles gardées au pré. » Ce scientifique britannique pronostique que « ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s'améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur. » Pour Raymond Kurzweil, futurologue américain, « dès les années 2030, nous allons, grâce à l'hybridation de nos cerveaux avec des nanocomposants électroniques, disposer d'un pouvoir démiurgique. »

* * *

> En attendant la soirée-débat, consultez le « Dossier spécial » que nous consacrons aux multiples questions que soulève le transhumanisme : Dossier transhumanisme.

> Lieu :
Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l'homme (FPH)
38 rue Saint-Sabin – 75011 PARIS
Métros : Chemin-Vert (ligne 8) et Bréguet-Sabin (ligne 5)

Entrée libre et gratuite (dans la limite des places disponibles). Accueil : à partir de 19h.

Un « verre de l'amitié » vous sera offert à l'issue de la rencontre.

Pour tout renseignement complémentaire : redaction@sciences-critiques.fr.

 

* * *

 

Pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Top